UN JOUR, UN PARCOURS – Henri DARAN de Yonval

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né le 28 février 1893, Henri DARAN est l’aîné de la fratrie. Une fratrie d’orphelins. Alors qu’il a un peu plus de huit ans, Henri est pris en charge par l’orphelinat du XVe arrondissement.  Les DARAN sont des Parisiens. HenriLire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – Henri DARAN de Yonval

UN JOUR, UN PARCOURS – Achille POIRÉ de Beauval

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né le 31 janvier 1891, Achille POIRÉ est le fils d’Eugène et de Denise. Eugène est originaire de Beauval et Denise de Beauquesne, village voisin. Beauval est une ville importante qui compte près de 2 500 habitants en cette fin duLire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – Achille POIRÉ de Beauval

UN JOUR, UN PARCOURS – Paul BILLOT de Davenescourt

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né le 22 mars 1891, Paul BILLOT est le fils aîné de Joseph Billot et Marie Tonnelier. Joseph et Marie sont originaires de  Davenescourt, près de Montdidier, dans la Somme. Les familles Billot et Tonnelier sont des familles modestes. LesLire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – Paul BILLOT de Davenescourt

UN JOUR, UN PARCOURS – Noël DESTEVE d’Abbeville et de Corrèze

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né le 23 décembre 1892, Noël DESTEVE est le premier enfant de François Desteve et de Marie Anne Besse. François et Marie Anne, qui se sont mariés neuf mois plus tôt, sont de purs Corréziens. François et son épouse sontLire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – Noël DESTEVE d’Abbeville et de Corrèze

UN JOUR, UN PARCOURS – Edouard BRUSQUE de Saint-Valery-sur-Somme

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né le 8 décembre 1891, Edouard BRUSQUE est un enfant de la mer. Son père, prénommé également Edouard, est marin. Quand le jeune Edouard vient au monde, la famille BRUSQUE réside Quai Violette à Saint-Valery-sur-Somme. Edouard « père » est issu d’uneLire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – Edouard BRUSQUE de Saint-Valery-sur-Somme

UN JOUR, UN PARCOURS – Damase OPRON de Lamotte-en-Santerre

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né le 12 décembre 1891, Damase OPRON est le fils de Léopold et de Célina. Sa mère se prénomme en réalité Marie Adéline Clophée, mais dès le berceau et durant toute sa vie on l’appela Célina, prénom qui figure mêmeLire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – Damase OPRON de Lamotte-en-Santerre

UN JOUR, UN PARCOURS – Ferdinand PARSY d’Equancourt

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né le 4 décembre 1893, Ferdinand PARSY est le fils de Jules et d’Adéline. Jules, originaire du Pas-de-Calais, est venu s’installer à Equancourt après avoir épousé Adéline. Il est cordonnier et elle est tisseuse. Ferdinand est leur deuxième enfant. LesLire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – Ferdinand PARSY d’Equancourt

UN JOUR, UN PARCOURS – Marcel CAROUGE d’Abbeville

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né le 27 novembre 1893, Marcel CAROUGE est le premier enfant d’Ernest et d’Hortense. Les parents sont jeunes. Ernest est âgé de 25 ans et Hortense de 23 quand le premier bébé arrive, au numéro 5 de la Rue Bacquet,Lire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – Marcel CAROUGE d’Abbeville

UN JOUR, UN PARCOURS – Albert DEROBERT-MAZURE de Roye

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né le 16 novembre 1892, Albert DEROBERT-MAZURE est un enfant des « Communes ». La famille DEROBERT-MAZURE de Roye est associée au lieu-dit « Les Communes ». Au milieu du XIXe siècle, Jean-Baptiste y a fondé une famille avec Marie-Rose. Trois garçons sont nés,Lire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – Albert DEROBERT-MAZURE de Roye

UN JOUR, UN PARCOURS – Alphonse HEMERY de Bouchoir

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né le 10 novembre 1892, Alphonse HEMERY est le fils de Désiré et d’Angèle. Ils habitent Rue de Rouvroy à Bouchoir. Désiré est ouvrier agricole. Il a quitté son village de Warsy, dans la Vallée de l’Avre, près de Montdidier,Lire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – Alphonse HEMERY de Bouchoir

UN JOUR, UN PARCOURS – François BECQUET de Mers-les-Bains

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né le 4 octobre 1893, François BECQUET, comme sa sœur et ses frères, n’a pas vu le jour à Mers. C’est de l’autre côté de la « frontière », sur l’autre rive du fleuve côtier La Bresle, en Seine-Inférieure, que le père,Lire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – François BECQUET de Mers-les-Bains

UN JOUR, UN PARCOURS – Gabriel GRENIER de Tilloloy

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né le 26 septembre 1893, Gabriel GRENIER est originaire de Tilloloy, dans le Sud-Est de la Somme, en limite du département de l’Oise. A Tilloloy, les ouvriers sont occupés presque exclusivement aux travaux agricoles. Dans le village de 380 habitants,Lire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – Gabriel GRENIER de Tilloloy

UN JOUR, UN PARCOURS – Louis COQUILLARD de Salouël

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né le 18 septembre 1892, Louis COQUILLARD est le deuxième enfant d’Edmond et d’Eugénie. Le deuxième garçon. L’aîné, né le 7 juin 1891, se prénomme Fernand. Il n’y a aura plus d’autre garçon dans la maison des COQUILLARD, au PetitLire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – Louis COQUILLARD de Salouël

UN JOUR, UN PARCOURS – Hilaire ABADIE de Fransart

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né le 8 septembre 1891, Hilaire ABADIE voit le jour à Fransart, dans la Somme. Le garçon qui naît, rue d’Hattencourt, en cette fin d’été 1891 porte le même prénom que son père. Il est le premier enfant d’Hilaire et deLire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – Hilaire ABADIE de Fransart

Un 22 août très particulier

En raison de la crise sanitaire, les cérémonies officielles prévues à Bellefontaine pour rendre hommage aux victimes de la bataille des frontières ont été annulées. Malgré le contexte, l’association De la Somme à Bellefontaine a tenu à montrer sa reconnaissance aux autorités belges pour le travail de devoir de mémoire réalisé depuis plus d’un siècleLire la suite Un 22 août très particulier

UN JOUR, UN PARCOURS – Eugène DEVILLERS de Nesle

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né le 22 août 1892, Eugène DEVILLERS se prénomme officiellement Ernest Arthur Eugène. Fils de Charles et de Félicie, Eugène voit le jour dans une petite maison de la Rue des Chapeliers, à Nesle. Après la naissance de Lucie, leurLire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – Eugène DEVILLERS de Nesle

Annulation des cérémonies à Bellefontaine

En raison de la crise sanitaire, les cérémonies prévues le 23 août 2020, au cimetière du Radan, à Bellefontaine, sont annulées. 22 AOUT 1914: UN SAMEDI SANGLANT Espérons que l’an prochain, nous pourrons nous retrouver, Belges et Français, pour rendre hommage, le 22 août 2021, aux victimes de ce « samedi sanglant », ce 22 août 1914, Lire la suite Annulation des cérémonies à Bellefontaine

UN JOUR, UN PARCOURS – Emile MINER, d’Hainneville (Chaussoy-Epagny)

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né le 26 juillet 1893, Emile MINER est né dans une maison de garde-barrière.  Son père, Emile Auguste Ernest, est employé aux Chemins de fer. Leur maison est située sur la ligne qui relie Amiens à la Vallée de l’Ourcq,Lire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – Emile MINER, d’Hainneville (Chaussoy-Epagny)

UN JOUR, UN PARCOURS – Roger FROISSART, de Voyennes

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né  le 18 mai 1892, Roger FROISSART est un vrai Voyennois. Situé entre Ham et Nesle, à l’Est du département de la Somme, Voyennes est, avant tout, un village agricole. En dehors de commerces de biens nécessaires, l’autre activité estLire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – Roger FROISSART, de Voyennes

C’est quoi la recherche collaborative?

S’appuyer sur le bénévolat, donner du plaisir, et participer à une oeuvre collective de devoir de mémoire. Voilà quelles étaient les motivations de l’association « De la Somme à Bellefontaine – 22 août 1914 » quand a été lancé, en mai 2019, le grand projet de recherche collaborative dans toutes les communes de la Somme. Suite àLire la suite C’est quoi la recherche collaborative?

El fiu d’éch merchand d’parapluies

Une petite histoire en langue picarde qui a été racontée aux habitants de Mons-Boubert (Somme) par Madame France Devismes, le 11 novembre dernier, devant le monument aux morts du village. Une histoire directement en lien avec les recherches menées par notre association. Pieute histouère dins l’grainne. I y o quèques temps, ej vos avouos racontéLire la suite El fiu d’éch merchand d’parapluies

15 février 2020 – réunion publique de l’association

L’AG de notre association départementale est organisée le samedi 15 février, de 10h à 12h, à la salle polyvalente de Daours (80800). L’accueil est assuré à partir de 9h30. Toutes les adhérentes et adhérents sont invité(e)s à y participer, ainsi que toute personne intéressée pour contribuer au devoir de mémoire, tout particulièrement par rapport àLire la suite 15 février 2020 – réunion publique de l’association

EXPOSITION à ROYE – 9 et 10 novembre

La prochaine exposition de l’association est organisée à ROYE les 9 et 10 novembre 2019, dans la salle du Jeu de Paume, au théâtre de l’Avre. Au programme: le début de la Grande guerre, la Bataille des Frontières, les jeunes de la Somme victimes du mois d’août 1914. Possibilité d’être accompagnés dans la visite parLire la suite EXPOSITION à ROYE – 9 et 10 novembre

Peut-on dire d’un cimetière qu’il est « beau »?

52 jeunes hommes de la Somme reposent pour toujours dans cet écrin de verdure qu’est le cimetière franco-allemand du Radan, à Bellefontaine (Belgique). Ce cimetière où reposent, côte à côte, les victimes identifiées des terribles combats de Bellefontaine, le 22 août 1914. Français et Allemands. Aujourd’hui, ce cimetière est devenu un lieu de paix. UnLire la suite Peut-on dire d’un cimetière qu’il est « beau »?

La Somme et ses conscrits en 1914

La recherche effectuée depuis mai dernier par nos volontaires bénévoles a déjà permis d’étudier 329 communes de la Somme. A l’occasion de la réunion du samedi 19 octobre, à Daours, et en présence de 42 personnes, dont plusieurs élus de communes samariennes, le président de l’association, Xavier Becquet, a présenté les premiers résultats de cetteLire la suite La Somme et ses conscrits en 1914

Génération sacrifiée

La recherche effectuée depuis mai dernier par nos volontaires bénévoles a déjà permis d’étudier 329 communes de la Somme. A l’occasion de la réunion du samedi 19 octobre, à Daours, et en présence de 42 personnes, dont plusieurs élus de communes samariennes, le président de l’association, Xavier Becquet, a présenté les premiers résultats de cetteLire la suite Génération sacrifiée

Conférence sur le début de la Grande guerre

L’association « De la Somme à Bellefontaine- 22 août 1914 » propose aux communes de la Somme qui seraient intéressées, une conférence sur LE DEBUT DE LA GRANDE GUERRE, LA BATAILLE DE LA SOMME et LES PREMIERES VICTIMES DE LA SOMME. Cette conférence, présentée, le vendredi 18 octobre 2019, à Montonvillers, à l’invitation de l’association du PAYSLire la suite Conférence sur le début de la Grande guerre

Exposition sur le Début de la Grande guerre

Si vous avez aimé nos chroniques quotidiennes sur le début de la guerre 14-18, parues cet été  (encore consultables sur notre site http://www.somme-bellefontaine.fr/le-debut-de-la-grande-guerre), nous vous invitons maintenant à visiter à notre exposition, le dimanche 15 septembre à Daours (entre Amiens et Corbie), de 10h à 18h. Entrée libre (bien sûr!). Cette exposition se tient dansLire la suite Exposition sur le Début de la Grande guerre

25 août 1914 : la guerre ne fait que commencer…

Les 117 prisonniers civils de Rossignol sont sortis de leur geôle et sont conduits vers Marbehan. Là, on les fait monter dans un train pour Arlon.  Ils vont être passés par les armes, sans aucun jugement préalable. Hommes, femmes, enfants. 3 jours après les terribles combats du 22, les Allemands continuent toujours leur entreprise deLire la suite 25 août 1914 : la guerre ne fait que commencer…

24 août 1914 : la retraite

Même si les troupes allemandes commencent à franchir  la frontière et entrent en France, la situation reste très préoccupante pour les civils belges et pour les soldats français blessés, abandonnés par l’armée en retraite. A 7 heures du matin, un officier allemand ordonne aux autorités de Latour de rassembler les hommes du village pour releverLire la suite 24 août 1914 : la retraite

23 août 1914 : l’autre guerre, celle des civils

23 août 8h30 – Joffre à Langle de Cary (commandant de la 4e armée française qui a livré les combats du 22 en Province de Luxembourg) : « L’ensemble des renseignements recueillis ne montre devant votre front que trois corps ennemis environ. Par suite, il vous faut reprendre l’offensive le plus tôt possible » 23 août 10 heuresLire la suite 23 août 1914 : l’autre guerre, celle des civils

22 août 1914 : un Samedi sanglant

La nuit a été courte. A 4h30, les 9e et 18e bataillons de chasseurs à pied quittent Thonne-la-Long, et à 5 heures, les hommes du 120e régiment d’infanterie quittent Meix-devant-Virton. L’objectif fixé aux troupes de la 87e brigade du général Cordonnier (120e RI, 9e BCP, 18e BCP et quelques batteries du 42e régiment d’artillerie) estLire la suite 22 août 1914 : un Samedi sanglant

19 août 1914 : reprendre l’Alsace

En Alsace, de violents combats sont engagés. L’Etat-major a donné l’ordre de mener plusieurs offensives pour tenter de reprendre aux Allemands la région annexée depuis 1871. Après quelques très brefs succès, les troupes de la 1ère armée française enchaînent défaite sur défaite et se replient pour revenir en France, en repassant la frontière de l’Alsace.Lire la suite 19 août 1914 : reprendre l’Alsace

16 août 1914 : la guerre navale commence

La France ayant officiellement déclaré la guerre à l’Autriche-Hongrie, elle se doit d’assurer l’aide des pays des Balkans qui se sont ralliés à la Triple-Entente, comme la Serbie et le Monténégro. En méditerranée, la marine Austro-Hongroise lance les hostilités. Elle entame  un blocus naval des ports importants du Monténégro afin de préparer une invasion deLire la suite 16 août 1914 : la guerre navale commence