UN JOUR, UN PARCOURS – Eugène MOREL, d’Authuille

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18.

Né le 10 juin 1891, Eugène MOREL est le fils d’Osias MOREL et de Marie LESSERTISSEUR. Il a vu le jour à Authuille, village de 250 habitants environ à la fin du XIXe siècle, situé sur un versant de la vallée qui passe entre Mesnil-Martinsart et le village de Thiepval, à quelques kilomètres d’Albert. Dans la vallée de la rivière Ancre.

Eugène a un frère aîné, Ulysse, et une sœur cadette, Marthe. La famille ne s’agrandit pas plus car le père, Osias, meurt quand Eugène n’a que 6 ans et la petite sœur 3 ans à peine. C’est Marie (qu’on appelle aussi Eugénie !) qui va devoir s’occuper seule de la famille. Ils habitent Rue du Moulin, à Authuille.

Ulysse, dès qu’il a l’âge de pouvoir travailler, se fait embaucher dans une usine en ville. L’industrie est très développée à Albert en ce début de XXe siècle. La fabrication de bicyclettes et de motocyclettes est une des spécialités des entreprises locales. Il travaille dans la fonderie Menez, Route de Bapaume. Il y a bien cinq kilomètres à parcourir à pied deux fois par jour, mais ça paie beaucoup mieux que d’être journalier pour les fermiers d’Authuille.

Comme les copains de son âge, à Authuille et à Aveluy, le village voisin, Eugène, se fait embaucher dans une usine d’Albert. Georges DUFOUR qui habite rue de Grandcourt, passe le prendre le matin, et ensemble, il rejoigne le chemin allant d’Aveluy à Albert. Georges PONCHON, les y attend, et tous les trois marchent alors vers Albert en se racontant des histoires de garçons de 12 ans…

Eugène MOREL et Georges PONCHON sont polisseurs chez Rochet, et Georges DUFOUR est ajusteur chez Danicourt. Georges PONCHON est né à Authuille, comme ses copains, mais il habite aujourd’hui Rue Perdue à Aveluy.

albert 3

Les jeunes hommes passent d’une usine à l’autre, comme le font leurs frères plus aînés. Selon la période, on cherche le salaire le plus intéressant. Une année chez  Rochet ou Danicourt, l’année suivante on peut être chez Pifre, chez Cuviller, chez Flaheux…. Et revenir ensuite. La fabrication des bicyclettes, des motocyclettes et des machines-outils mobilisent plusieurs centaines de travailleurs chaque jour. Beaucoup plus qu’il n’en faut dans les champs !

Les trois jeunes étant tous de la classe 1911, c’est ensemble qu’ils passent devant le Conseil de Révision, à Albert.

Comme ils vont ensemble à l’usine, le matin, ils espéraient faire leur service militaire ensemble. Mais, tout ne se passe pas toujours comme on voudrait. Et la position de soutien de famille permet quelquefois d’éviter ou de différer un départ.

C’est Georges PONCHON qui part le premier. Il est incorporé au 120e Régiment d’Infanterie de Péronne en octobre 1912. Georges DUFOUR est incorporé, un an plus tard, au 8e Régiment de Génie, caserné dans la forteresse du Mont Valérien, à Suresnes. Contrairement à ses deux copains, Eugène MOREL ne part pas au service militaire. Son état de santé n’est pas très bon, et l’armée préfère l’exempter pour « bronchite chronique ».

Quand les cloches résonnent à Atuhuille, le 1er août 1914, pour annoncer la mobilisation générale, Eugène ne fait pas partie de ceux qui doivent partir défendre le pays. Il est encore dans une position d’exempté. Georges PONCHON est dans le Nord-Est de la France depuis plusieurs mois, puisque le 120e RI a quitté Péronne pour Stenay, dans la Meuse, en octobre 1913. Georges DUFOUR se rapproche également des frontières. Son régiment est chargé de mettre en place les compagnies télégraphiques.

Après les deux premiers mois de guerre, l’Armée française a un besoin urgent d’effectifs supplémentaires. Avec près de 200 000 morts, et avant d’enrôler les classes les plus jeunes, elle décide de réunir les Conseils de révision pour déterminer l’aptitude au service armé de ceux qui avaient été exemptés du service militaire. Le 20 novembre 1914, Eugène MOREL est déclaré apte. Il part le 17 décembre 1914 pour rejoindre le 132e Régiment d’Infanterie, un régiment du Sud-Ouest.

Après quelques semaines d’instruction, il rejoint les zones de combat. Même si l’Armée a besoin de lui, sa santé n’est pas bonne. Il est évacué malade, le 9 avril 1915 et reste hospitalisé pendant de longs mois. Jugé apte à combattre, il doit repartir au  front le 25 janvier 1916. Verdun ! Des mois de combats sous les bombardements incessants ! Le 24 juin, il est blessé à la tête par des éclats d’obus. Transféré dans les Vosges pour y être soigné, il sait que la guerre n’est pas finie. Si les médecins l’estiment guéri, il devra repartir dans l’enfer de Verdun. La peur est quotidienne. Doit-il se préparer au pire ?

Malade des poumons, Eugène MOREL n’ira plus au front. Il est affecté dans un dépôt divisionnaire, puis, avant la démobilisation définitive, mis à disposition de la Compagnie des Chemins de fer du Nord.  Il y restera ensuite et sera employé aux ateliers de Longueau, près d’Amiens, en tant que polisseur, métier qui fut le sien avant la guerre. Il ne travaillera plus à Albert, de toutes façons, toutes les usines d’Albert y ont été détruites.

Georges PONCHON, son copain d’Aveluy, ne reviendra pas. Il a été tué le 24 septembre 1917 à Verdun.

Georges DUFOUR, d’Authuille, lui, est revenu vivant. Après avoir servi comme infirmier jusqu’au mois d’août 1916, il a été affecté dans l’artillerie. Le 13 février 1918, un train qui transportait des troupes françaises a déraillé. Georges DUFOUR, présent à son bord, a été gravement blessé. On lui a amputé les deux jambes.

L.J. et X.B.

« De la Somme à Bellefontaine – 22 août 1914 » – recherche collaborative 1891, 1892, 1893 – Département Somme.  Jean DELHAYE a réalisé la collecte de données pour la commune d’ Authuille.

albert 4

Retrouvez d’autres « Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18 »   Articles « UN JOUR, UN PARCOURS » déjà parus sur notre site

 

 

 

Publié par

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s