ILS AVAIENT 20 ANS EN 1914 – Edouard BOUFFLET de Mesnil-Martinsart à Vecquemont

Né le 2 mars 1889, Edouard BOUFFLET est le fils d’Ernest BOUFFLET et de Marie DARRAS.

Ernest et Marie sont originaires du Nord-Est du département de la Somme. Ernest est né à Mesnil-Martinsart et Marie à Beaumont-Hamel, deux villages situés au Nord de la ville d’Albert, à proximité du département du Pas-de-Calais.

Ernest et Marie se marient à Beaumont-Hamel, village de la jeune fille, le 9 février 1881, puis s’installent à Mesnil-Martinsart. Ernest y est charpentier.

Neuf mois plus tard naît Lucien. Dans la petite maison de la Rue d’Auchonvillers à Mesnil-Martinsart, la fratrie s’agrandit avec l’arrivée de Louise en 1883, de Clémence en 1887 qui meurt en très bas âge, Edouard en 1889, Henri en 1890 puis Eugénie et Alice. Quand Louis, le dernier enfant de la fratrie, naît en 1902, son frère aîné Lucien, âgé de 19 ans, a déjà quitté le domicile familial.

Louise BOUFFLET, la sœur aînée d’Edouard, quitte le village de Mesnil-Martinsart. Elle a rencontré l’amour à Bussy-les-Daours. Bussy est un petit village agricole située près de Vecquemont et de Daours, dans la Vallée de la Somme, entre Corbie et Amiens. Louise épouse Charles UCHART, charretier dans la ferme LENGELLE de Daours. Louise et Charles UCHART s’installent dans la Rue d’En Bas à Vecquemont. Edouard BOUFFLET y rejoint sa sœur. Il loge avec le jeune couple et devient journalier agricole dans les fermes de Daours et de Vecquemont.   

Lucien, le frère aîné de Louise et d’Edouard, arrive également à Vecquemont quelques mois plus tard. Alors qu’il était précédemment ouvrier mécanicien, il devient journalier agricole, comme l’est son frère Edouard. Après un passage par Englebelmer où il a rencontré son épouse Stéphanie puis quelques mois vécus à Liévin, Lucien s’installe à Vecquemont avec Stéphanie.

A 20 ans, Edouard est convoqué devant le Conseil de Révision du canton d’Albert. Il est affecté au 156e Régiment d’Infanterie de Toul. Démobilisé le 16 novembre 1912, il revient à Vecquemont. Edouard n’obtient pas le certificat de bonne conduite à l’issue de ses deux années sous les drapeaux, mais ça lui importe peu. Pour travailler dans les fermes de Daours et de Vecquemont, on ne lui réclame aucun certificat…

Henri, son frère cadet, débute son service militaire au 21e Régiment d’Artillerie d’Angoulême en octobre 1912, puis est muté au 2e Escadron du Train d’Amiens avec lequel il part en Afrique du Nord. A la déclaration de guerre, le 3 août 1914, il quitte le Maroc avec son unité pour rejoindre l’Est de la France.  Edouard BOUFFLET est rappelé. Il rejoint le 120e Régiment d’Infanterie de Péronne. Lucien BOUFFLET, de son côté, purge une peine de deux ans de prison pour incendie volontaire en 1914. Mobilisé lui aussi, il part au front quelques mois plus tard avec le 45e RI de Laon.

Edouard BOUFFLET connaît l’épreuve du feu le 22 août 1914 à Bellefontaine en Belgique, dans le Luxembourg belge. Le 120e RI y est décimé. En fin de journée, les pertes sont estimées à plus de 1 000 hommes pour un régiment qui en comptait à peine 3 000 le matin. Edouard est rescapé mais plusieurs copains ont perdu la vie. Albert DURIER de Daours, ouvrier agricole comme lui, ne reviendra jamais dans sa commune.

Le 10 septembre 1914, Edouard BOUFFLET est blessé à Sermaize-les-Bains dans les combats de la 1ère Bataille de la Marne. Evacué vers un hôpital de l’arrière pour être soigné d’une « plaie par balle à la cuisse droite », Edouard BOUFFLET ne peut retourner combattre qu’une année plus tard. La convalescence a été longue. Il est de retour sur le champ de bataille le 29 septembre 1915. Quinze jours plus tard, il est à nouveau blessé ! La mort l’a frôlé. Edouard a reçu des éclats d’obus dans la nuque.

Après une nouvelle période d’hospitalisation, Edouard retrouve le front fin janvier 1916. Il participe ensuite avec ses rares copains rescapés du début de la guerre et les nombreuses recrues du 120e Ri aux combats de Berny-en-Santerre à l’occasion de la Bataille de la Somme. Il est considéré comme disparu par l’état-major. En réalité, il a été capturé par les Allemands et emmené au camp d’internement de Walm. Edouard BOUFFLET n’est rapatrié qu’à la fin du mois de décembre 1918. Sur le territoire français, la guerre est terminée depuis plusieurs semaines.

Lucien, son frère aîné, est mort. Transporté à l’ambulance de Verneuil-sur-Marne, il y est mort des suites de ses blessures le 14 mars 1915.

Henri, le frère cadet, a survécu sans être trop abimé physiquement. Chez les BOUFFLET comme dans de nombreuses familles, les statistiques morbides sont respectées. Un frère est mort, un frère est gravement blessé et un frère a échappé aux blessures physiques.  Quant au 4e, il était trop jeune pour être mobilisé…

Pendant la guerre, la famille BOUFFLET est venue s’installer à Vecquemont chez Louise et Charles UCHART. Habitants d’un village situé à quelques centaines de mètres des zones de combats, près de Thiepval et Beaumont-Hamel, les parents BOUFFLET et leurs enfants les plus jeunes se sont réfugiés à Vecquemont.

Après la guerre, plusieurs membres de la famille BOUFFLET sont restés dans ce village.

Marie, la mère, devenue veuve, s’est installée avec ses fils, Edouard et Louis. Ils habitaient Rue d’En Bas, à côté de chez Henri BOUFFLET et son épouse Estelle. Les maisons voisines étaient occupées par des anciens réfugiés comme les DEFRANCE de Mesnil-Martinsart ou les CUVILLIER et les FAUQUET de Beaumont-Hamel.

Edouard BOUFFLET et Aline ont trois garçons prénommés Camille, Lucien et Maurice. Lucien, né en 1920, porte le prénom de son oncle disparu.

A l’adolescence, les garçons deviennent ouvriers agricoles, comme leur père, travaillant chez CAVILLON à Vecquemont ou chez NAVET à Querrieu. Maurice BOUFFLET, le fils cadet, est laitier dans la ferme DARRAS à Daours.

Louis et Henri, les frères d’Edouard, sont restés également à Vecquemont. Ils ont eu plusieurs enfants.

Henri BOUFFLET, lui qui avait survécu à la guerre sans trop de dommages, est décédé à Vecquemont en 1927 à l’âge de 37 ans seulement.

Touchée par la Grande Guerre, la famille BOUFFLET de Mesnil-Martinsart et Vecquemont a également été victime de la Seconde Guerre mondiale. Maurice BOUFFLET, le fils cadet d’Edouard, a été emmené en Allemagne comme prisonnier. Il y est mort en 1943. Il avait 22 ans.

Monument aux morts de Mesnil-Martinsart

Le nom de Lucien BOUFFLET est inscrit sur le monument aux morts de Mesnil-Martinsart, commune d’origine de la famille. Le nom de son neveu, Maurice BOUFFLET est gravé sur le monument de leur village d’adoption, Vecquemont.

Lionel JOLY et Xavier BECQUET

Monument aux morts de Vecquemont

Retrouvez d’autres parcours :

Albert DURIER de DAOURS

Lucien CAZIER de DAOURS

Gilbert MAILLE de VECQUEMONT

Gaston POIX de BUSSY-LES-DAOURS

Publié par

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s