11 août 1914 : vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine !

Mais que s’est-il passé dans la tête du général Lescot ?

Le 11 août, va se dérouler un des premiers accrochages significatifs après la déclaration de guerre entre les Français et les Allemands. Si la veille, ce sont les Français qui ont répondu à une intrusion de la cavalerie allemande sur leur territoire (Mangiennes), le 11, ce sont les Français qui vont attaquer les Allemands…chez eux, sans aucune raison stratégique apparente !

Ca se passe à Lagarde, petite commune de Moselle,  devenue allemande depuis 1871 après l’annexion de l’Alsace-Moselle par l’empire allemand, et dont le nom est encore Gerden en 1914.

Le général Lescot, commandant la 2e division française de cavalerie, ayant reçu des informations sur la présence d’importantes troupes allemandes dans la commune, décide, le 10 août au soir, d’envoyer deux bataillons du 15e corps d’armée française, appuyés par des éléments du 19e régiment d’artillerie, franchir la frontière et occuper  ce village. Les Allemands, surpris par l’attaque, abandonnent les lieux, mais reviennent le lendemain matin. La contre-attaque est violente. Les Français sont tués, capturés ou mis en fuite, laissant définitivement le village aux mains des Allemands.  Cette initiative française n’a eu aucun bénéfice pour l’armée française. Au contraire !

Le général  de Castelnau est même furieux car il avait donné des ordres d’éviter toute escarmouche dans le secteur tant que la concentration des troupes françaises n’était pas terminée. Il fallait ne rien tenter avant le 14 août, date de l’attaque programmée par Joffre. Surtout dans un secteur qui était calme.

Deux villageois soupçonnés d’avoir tiré sur les Allemands sont exécutés. Le curé, soupçonné d’avoir ouvert son église pour y soigner les soldats français et d’avoir autorisé l’installation d’une mitrailleuse dans le clocher, est relâché après un interrogatoire.

L’initiative du général Lescot a été dramatique. Même si le bilan exact n’a pas été établi avec certitude, certaines sources font état de 449 tués, 708 blessés et 1 035 disparus chez les Français.

necropole lagarde

Il y a plus de 230 morts côté allemand, ainsi que des centaines de chevaux tués.

Ces combats seront largement utilisés par la propagande allemande. Dans La Gazette de Lorraine, journal quotidien allemand en langue française,  on peut y lire, chaque jour, des éléments sur l’éclatante victoire du 11 août 1914 à Gerden (Lagarde). Le 12 août, on y apprend que les Français ont abandonné à leurs vainqueurs deux batteries, quatre mitrailleuses et 700 prisonniers. Le 14 août, un article fait état de dépositions des prisonniers français déclarant que « depuis des semaines déjà la France était prête par tous les moyens pour surprendre l’Allemagne ».

Le 25 août, on parle encore, dans La Gazette,  des combats de Lagarde devenus particulièrement symboliques pour l’armée allemande. Est évoqué le « premier drapeau français tombé aux mains des Allemands » à Lagarde. « C’est le fantassin Ficher, de Rimbeck, qui l’arracha des mains de celui qui le portait après un corps à corps acharné. Honneur à lui ! »

Le 11 août, la France déclare officiellement la guerre à l’Autriche-Hongrie.

 

RETROUVEZ TOUTES LES CHRONIQUES QUOTIDIENNES DU DEBUT DE LA GRANDE GUERRE, A PARTIR DU 28 JUILLET 1914, EN CLIQUANT ICI

Publié par

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s