Génération sacrifiée

La recherche effectuée depuis mai dernier par nos volontaires bénévoles a déjà permis d’étudier 329 communes de la Somme. A l’occasion de la réunion du samedi 19 octobre, à Daours, et en présence de 42 personnes, dont plusieurs élus de communes samariennes, le président de l’association, Xavier Becquet, a présenté les premiers résultats de cette recherche collaborative.

Le but de cette recherche est de retrouver tous les jeunes Samariens, âgés de 20 à 23 ans, qui ont débuté la Grande guerre et ont participé aux premiers combats, en août 1914, afin de suivre ensuite leur parcours. Ces jeunes effectuaient leur service militaire avant la déclaration de guerre, et ils ont tout de suite trouvés confrontés aux pires horreurs, en Belgique et en Meurthe-et-Moselle, entre le 20 et le 23 août 1914 en Belgique. Plus de 400 jeunes hommes de la Somme avaient déjà perdu la vie avant même que l’armée allemande n’entre sur le territoire français.

Si les 5 années du centenaire ont justement permis d’honorer les soldats morts pendant la guerre 14-18, les autres victimes ont rarement été évoquées. C’est l’objectif que s’est fixé l’association « De la Somme à Bellefontaine ». Blessés, amputés, gueules cassées, gazés ou survivants de la guerre, pour la plupart, ils ont subi de très forts traumatismes mentaux, et ils sont tous « victimes » de la guerre. Eux et leurs familles.

Après avoir seulement étudié 329 communes sur les 771 du département, les résultats sont déjà évocateurs : sur plus de 2 000 jeunes hommes, âgés de 20 à 23 ans, qui ont connu la guerre dès les premiers combats, seulement 17% n’ont été ni tués, ni blessés ou malades gravement, ni prisonniers. Cette génération des hommes nés entre 1891 et 1893 semble donc avoir particulièrement été touchée par la guerre 14-18.

Certains parcours remarquables ont été évoqués comme celui de ce jeune homme de Rubempré, qui avait perdu l’usage d’une jambe à cause des blessures de guerre subies en septembre 1915 et qui n’a perçu une pension d’invalidité à 100% qu’en 1951 ! Ce jeune charpentier d’Acheux-en-Vimeu qui a été blessé en mai 1915 alors qu’il réparait des lignes téléphonique et qui a survécu jusqu’en 1972… avec un bras en moins ; ou encore ce jeune meunier de Pierrepont-sur-Avre prisonnier en Allemagne dès septembre 1914, qui arrive à s’évader et à reprendre sa place d’observateur, dans un ballon qu’il devra quitter, à deux reprises, en parachute…

De nombreux conseils ont été donnés aux débutants pour les aider dans leurs recherches.

Une session de formation sera prochainement organisée.

Afin de poursuivre et d’étendre la recherche collaborative sur la Grande guerre, l’association « De la Somme à Bellefontaine » souhaite compléter son groupe de collecteurs et cherche des volontaires supplémentaires.  N’hésitez pas à nous rejoindre.

La recherche collaborative c’est : un peu de temps à consacrer, un peu de difficultés pour déchiffrer et comprendre certains documents, mais c’est PLEIN de plaisir de trouver des parcours extraordinaires et de rendre hommage à tous ces hommes qui ont connu l’enfer de la Grande guerre !!!

reunion 19 octobre

Publié par

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s