Un rideau de fer en Belgique

Fin août 1914, après la retraite précipitée des Français qui avaient tenté de repousser les Allemands hors de Belgique, les Belges se retrouvent sous occupation allemande. Pendant plus de 4 années, la presque totalité du pays va rester sous le joug de l’envahisseur. Beaucoup d’hommes seront déportés en Allemagne. D’autres resteront avec l’obligation de travailler pour l’occupant. Toute la population subira des réquisitions et des exactions régulièrement de la part de l’armée d’occupation.

Dans ce contexte difficile, de nombreux jeunes du pays ont souhaité répondre à l’appel de Baudoin, leur roi, et rejoindre la petite armée belge rassemblée en Flandres, à l’extrémité Ouest du pays. Pour cela, le passage par les Pays-Bas – territoire neutre non occupé par les Allemands – était souvent le chemin le plus sûr. La frontière Nord de la Belgique était donc fréquemment utilisée à cet effet à partir de l’automne 1914.

Cette même frontière était également très utilisée pour le passage d’informations vers le service interallié d’espionnage, dirigé par les Britanniques, installé en Hollande. Elle servait également à la transmission du courrier postal clandestin qu’on voulait envoyer vers la France à destination des familles belges qui s’y étaient réfugiées.

Avec les réquisitions imposées à la population civile, les denrées se faisaient de plus en plus rares. La frontière avec les Pays-Bas permettait également d’aller s’approvisionner sans que les Allemands ne puissent le savoir. Il n’y avait, en effet, aucune raison pour que l’armée allemande, déjà bien occupée sur le front français et ayant mobilisé également des troupes pour combattre sur le front de l’Est, exerce une surveillance particulière de la frontière hollandaise.

Les villages belges se vidaient peu à peu de tous leurs jeunes hommes, et l’armée allemande décida d’arrêter cette hémorragie. Pour cela, il fallait fermer la frontière avec les Pays-Bas.

C’est alors qu’une frontière électrique de 350 kilomètres fut installée !!!

Au printemps 1915, une barrière électrifiée à 2 000 volts séparait la Belgique des Pays-Bas. La frontière était délimitée par des milliers de poteaux supportant 5 à 8 fils électriques. Alimentée le long des 350 km par des usines proches, des sucreries, la station de tram d’Aix-la-Chapelle, des générateurs locaux, la barrière électrique était surveillée en permanence par des soldats allemands qui patrouillaient avec obligation de tirer sur toute personne essayant de franchir la clôture. Ces Allemands disposaient de petites guérites. On en trouve encore quelques traces en bordure de frontière.

rideau de fer

Il fallait alors utiliser des trésors d’ingéniosité pour parvenir à franchir le rideau de fils électrifiés. Il n’était que rarement possible de soudoyer les gardiens, donc il fallait trouver des solutions : tunnel creusé en dessous, cadre pliant en bois pour écarter les fils, petits tapis et gants en caoutchouc, couverture de laine, ou alors tentative de court-circuit pour faire disjoncter le courant… Les passeurs étaient devenus des spécialistes de l’électricité.

schéma barrière électrique

Structure de la clôture électrisée à la frontière entre Lommel (Belgique) et Bergeyk (Pays-Bas) d’après un schéma publié dans Lombard,s.d. :29. (photo Prof. Dr. A. Vanneste)

Si certaines estimations peuvent laisser penser que 25 000 personnes ont pu franchir la barrière électrifiée pour se rendre aux Pays-Bas (voir l’excellent article du Professeur Vanneste http://www.1914-1918.be/insolite_cloture_electrifiee.php), au moins 1 000 hommes y ont perdu la vie entre le printemps 1915 et le départ des Allemands en novembre 1918.

Un mémorial pour leur rendre hommage et rappeler le triste souvenir de ce « rideau de fer électrique » a été érigé dans le bois de Sippenaeken, à la frontière des provinces de Liège et de Limbourg. Le premier mémorial, posé après la Grande guerre, a été vandalisé par les Allemands, en 1940. Le Reich ne devait pas être tenu pour responsable de la mort des Belges qui n’avaient pas réussi à franchir la clôture… Ce mémorial a été reconstruit au même endroit en 1962.

monum fil electrique dessin

Publié par

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s