UN JOUR, UN PARCOURS – Fernand LHEUREUX de Mers-les-Bains

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né le 26 août 1890, Fernand LHEUREUX est le fils d’un commerçant de Namps-au-Mont, petit village de la Somme situé au Sud d’Amiens, dans le canton de Conty. Théophile, le grand-père paternel qu’il n’a jamais connu, était charcutier. Octave, leLire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – Fernand LHEUREUX de Mers-les-Bains

UN JOUR, UN PARCOURS – Honoré HAMIOT de Brutelles et Woignarue

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né le 16 mai 1892, Honoré HAMIOT est le fils de Narcisse HAMIOT et de Marie DEFACQUE. Narcisse est originaire de Cambron près d’Abbeville et Marie de Brutelles, commune en partie installée dans le Hâble d’Ault, vaste polder gagné surLire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – Honoré HAMIOT de Brutelles et Woignarue

UN JOUR, UN PARCOURS – François BECQUET de Mers-les-Bains

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né le 4 octobre 1893, François BECQUET, comme sa sœur et ses frères, n’a pas vu le jour à Mers. C’est de l’autre côté de la « frontière », sur l’autre rive du fleuve côtier La Bresle, en Seine-Inférieure, que le père,Lire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – François BECQUET de Mers-les-Bains

UN JOUR, UN PARCOURS – Alfred JOLIS, de Bouillancourt-en-Séry

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18. Né le 8 juillet 1893, Alfred JOLIS est le fils d’Angéline JOLIS. Il se prénomme officiellement Henri Frédéric, mais tout le monde l’appelle Alfred pendant toute sa vie. Angéline est domestique. Elle vit chez ses parents, Frédéric et Victorine, RueLire la suite UN JOUR, UN PARCOURS – Alfred JOLIS, de Bouillancourt-en-Séry

31 août 1914 : les premiers réfugiés

Depuis l’entrée des Allemands en Belgique, début août 1914, de nombreux Belges quittent le territoire national. Les Flamands du Nord de la Belgique se réfugient aux Pays-Bas où des bateaux doivent les transporter vers la Grande-Bretagne. Ceux situés plus au sud, prennent plutôt la direction de la France, en longeant la côte, loin des combatsLire la suite 31 août 1914 : les premiers réfugiés