UN JOUR, UN PARCOURS – Camille BERLY de Hamelet

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18.

Né le 28 août 1893, Camille BERLY est le fils d’un boulanger et d’une couturière.

Edmond BERLY et Eugénie LEBRUN, les parents de Camille, se marient le 7 décembre 1892. Neuf mois plus tard, un petit garçon voit le jour. Il se prénomme Camille. La naissance se déroule dans la  maison de Marie LEBRUN, la mère d’Eugénie, où sa fille est venue pour accoucher.

Edmond est heureux d’aller déclarer la naissance de son premier fils à la mairie de Hamelet, en présence d’Octave LEBRUN et de Napoléon STALIN, deux voisins qui exercent le métier de tricotier.

Edmond et Eugénie habitent une petite maison dans la Rue du Calvaire. Edmond travaille comme boulanger à Corbie, la grande ville voisine. Avant la naissance de Camille, Eugénie était ouvrière en bonneterie.

Le territoire du village de Hamelet n’est séparé de celui de la cité corbéenne que par le canal de la Somme. Chaque matin, beaucoup d’habitants de Hamelet franchissent le pont pour se rendre au travail à Corbie ou à Fouilloy. Les fabriques de bonneterie et les usines textiles y sont nombreuses.

Trois années après la naissance de Camille, vient celle de Raymonde. Il n’y aura pas d’autre enfant dans la fratrie.

Edmond BERLY change souvent d’employeur puis, peu à peu, l’idée de tenir sa propre boulangerie s’impose. Commes les déménagements se succèdent, le couple décide de confier les deux enfants en bas âge  à leur grand-mère maternelle, Marie LEBRUN. De plus, Edmond et Eugénie connaissent des difficultés dans leur couple. Marie LEBRUN tient un débit de boissons dans la Grande Rue de Hamelet. L’école est située à proximité du café. Camille suit les cours de l’instituteur public, Sosthène FOURNET. Quand elle a l’âge d’être scolarisée, Raymonde rejoint les bancs de la classe de Madame SENEE-BREART, l’institutrice.

Irma BREART, originaire d’Abbeville, a épousé un membre d’une grande famille de Hamelet. Lucien SENEE. Il est tricotier, comme bon nombre d’habitants. Les SENEE-BREART ont trois enfants : Lucien né en 1893, Marcel en 1894 et Emma en 1896. Les deux familles vivent dans la même rue.

Dans un village de 400 habitants, deux garçons comme Camille BERLY et Lucien SENEE qui ont exactement le même âge, deviennent rapidement inséparables.

Lucien, le fils de l’institutrice, est très bon élève. Camille l’est tout autant. Lucien veut devenir maître d’école et Camille le sera aussi, même si la route doit être longue encore.

Les familles s’éloignent quelques années plus tard, quand Irma BREART est nommée institutrice à Pont-Noyelles, commune proche de la Vallée de la Somme et de Corbie. Les deux garçons, Lucien et Camille, poursuivent ensemble leurs études supérieures.

Si l’avenir professionnel s’annonce sous les meilleurs auspices pour Camille, la vie familiale est moins souriante. Ses  parents ont décidé de se séparer. Son père Edmond BERLY est parti à Albert, à une vingtaine de kilomètres de Hamelet. Il va enfin pouvoir ouvrir sa propre boulangerie. Son seul fils ne sera pas boulanger mais instituteur.

Lucien SENEE et Camille BERLY réussissent brillamment l’un et l’autre à obtenir le diplôme d’entrée à l’Ecole Normale des Instituteurs d’Amiens. Ils sont formés dans les prestigieux locaux de la Rue Jules Barni où ils retrouvent des jeunes hommes de leur âge venus des quatre coins de la Somme.

Susciter des vocations au sein de sa petite salle de classe de Hamelet et en voir sortir deux futurs instituteurs rend Monsieur FOURNET bien fier !

Lucien et Camille sont pensionnaires à Amiens, puis, dans le cadre de leur formation, ils effectuent plusieurs stages dans des écoles de la Somme. Bientôt viendra la première nomination en tant qu’instituteur titulaire…

Lucien SENEE part au service militaire le 9 octobre 1913. Il est affecté à la 2e Section des Secrétaires d’Etat-major à Amiens. Affecté à quelques dizaines de mètre de l’Ecole Normale, au Quartier Dejean d’Amiens, Lucien a souvent l’occasion de rencontrer ses collègues instituteurs stagiaires parmi lesquels figure son copain Camille. Le service militaire va être plutôt agréable pour Lucien, même si la loi Barthou en a allongé la durée à trois années. En sortant, il prendra un poste d’instituteur titulaire et la carrière d’enseignant public pourra enfin débuter…

Camille BERLY bénéficie d’un sursis. Il va continuer ses stages encore une année et ne devra partir effectuer son service militaire qu’à l’automne 1914.

Mais rien ne se passe comme prévu pour les deux copains. La guerre est déclarée le 3 août 1914. Lucien est rapidement muté dans un régiment d’infanterie, le 147e RI et Camille voit son sursis effacé. Il est incorporé au 151e Régiment d’Infanterie qu’il rejoint le 12 août 1914.

Camille BERLY est blessé par shrapnel au niveau de l’aisselle et du dos, le 4 novembre 1914 près de Dixmude en Flandre occidentale. Après trois mois de soins, il revient au front. Puis Camille est promu caporal et sergent fourrier. Il rejoint en mai 1917 l’Ecole des Elèves Aspirants de Saint-Maixent. En tant qu’aspirant-officier, il est ensuite affecté au 52e Régiment d’Infanterie. Le 27 juillet 1918, dans la Marne, il est victime d’une blessure en séton au bras gauche. Cette blessure lui vaut une citation à l’ordre du régiment. « Chef de section admirable, entraîneur d’hommes émérite, a été blessé au moment où ayant atteint son objectif, il allait reconnaître lui-même, en tête d’une petite patrouille le terrain en avant du front conquis. Une fois blessé a conservé tout son calme, remis de l’ordre dans sa section et n’est parti qu’après avoir passé son commandement ».

Camille BERLY est évacué pendant trois mois. Diminué physiquement, il ne reprend pas le combat et se trouve loin des derniers lieux de combat quand l’Armistice est signé. Il est promu sous-lieutenant en janvier 1919 puis démobilisé définitivement le 12 août 1919.

Démobilisé définitivement, Camille se retire alors à Hamelet le 12 août 1919. Il s’y marie deux jours plus tard avec Suzanne. Un petit garçon prénommé Jean naît de cette union l’année suivante. Camille BERLY peut continuer à servir son pays, mais cette fois-ci, ce ne sera pas l’arme à la main. Camille peut enfin devenir instituteur, d’Hervilly à Acheux-en-Vimeu où naît sa fille Lucette. De Vaux-sur-Somme à Ham où il devient directeur d’école à la fin des années 1930.

Camille est un héros de la Grande Guerre. Titulaire de la Croix de Guerre, il est nommé chevalier de la Légion d’Honneur en 1933.

Son copain Lucien SENEE est aussi honoré comme un héros. A chaque cérémonie du 11 novembre, son nom est cité pendant l’Appel aux Morts. Son nom est inscrit sur les monuments aux morts de Hamelet et de Pont-Noyelles. Lucien a été tué le 31 octobre 1914 au Bois de la Gruerie en Argonne. Il avait 21 ans.

Lucien SENEE

Lionel JOLY et Xavier BECQUET

« De la Somme à Bellefontaine – 22 août 1914 » – recherche collaborative 1891, 1892, 1893 – Département Somme.  Brigitte DANEZ a réalisé la collecte de données pour la commune de Hamelet.

Retrouvez les parcours d’autres jeunes hommes ayant vécu près de HAMELET :

André GOSSELIN de CORBIE

Raoul MOURET de CORBIE

Damase OPRON de LAMOTTE-WARFUSEE

Albert DURIER de DAOURS

Et tous les autres articles  « UN JOUR, UN PARCOURS » publiés sur notre site

Publié par

Un commentaire sur « UN JOUR, UN PARCOURS – Camille BERLY de Hamelet »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s