UN JOUR, UN PARCOURS – Maurice BOULANGER d’Oisemont

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18.

Né le 15 septembre 1891, Maurice BOULANGER est un fils de fermier.

Alexis BOULANGER, dont le père était cantonnier, a opté pour la culture. Il a sa propre exploitation, dans la commune de Oisemont, Rue de la Ville au Marché. On ne compte aucune grande ferme dans le secteur, mais une multitude de petites fermes. Comme le dit l’instituteur, Monsieur Lefebvre : « les méthodes et l’outillage agricoles font peu de progrès ».

Alexis a épousé Zélie, originaire du village proche de Citernes, et la famille s’est rapidement agrandie.

Oisemont est un chef-lieu de canton situé à l’extrémité Ouest de l’arrondissement d’Amiens, dans le territoire historique du Vimeu. Sa population est de 1200 habitants en cette fin de XIXe siècle.

Paul, le premier fils, est né en 1886, suivi par Emile et Maurice. Sont venus ensuite Blanche, Pierre, Nelly, Louis et Alice. Tous ces bras seront bien utiles dans la ferme, même s’il s’agit de bras d’enfants, mais au départ, il s’agit surtout, pour le jeune couple, de bouches à nourrir, et la vie n’est pas de tout repos.

Dès qu’ils ont sept ou huit ans, les garçons, Paul, Emile, puis Maurice, aident leur père.

La terre du plateau du Vimeu offre un bon rendement des récoltes. La moitié des terres cultivables est utilisée pour les céréales, blé, seigle, avoine, orge de printemps. Oisemont est aussi un pays d’élevage. On y trouve beaucoup de chevaux boulonnais, et bien sûr, de nombreuses vaches laitières. Oisemont a un important marché mensuel de chevaux, de porcs et de moutons. On y vient de tout le Vimeu, et même quelquefois de bien plus loin. Et ce n’est rien en comparaison de la grande foire aux bestiaux, dite des « Engelés », le 3e mercredi de décembre. Toute la Somme débarque à Oisemont par la route ou par le train !

La ville dispose de nombreux commerces, pour les locaux mais aussi les personnes de passage. La route départementale d’Amiens à la Ville d’Eu, très fréquentée, traverse la commune apportant son lot de visiteurs provisoires. Il y a aussi une gare. Oisemont est relié aux grandes lignes Paris-Le Tréport et Paris-Amiens-Boulogne, grâce à la voie du chemin de fer économique de Gamaches à Longpré-les-Corps-Saints.

Maurice va choisir d’exercer le même métier que son père. Ni commerçant, ni tisserand ou serrurier à domicile, ni employé de la grande distillerie d’Oisemont, Maurice préfère, comme ses frères, travailler à la ferme. Il en fera son métier.

Tous les garçons de la famille travaillent dans la ferme familiale jusqu’au service militaire.

Paul, l’aîné, en est exempté, tout comme Emile. Ce dernier est réformé pour oedèmes chroniques des membres inférieurs. C’est donc finalement Maurice qui est le premier à quitter la ferme.

Jugé apte au service armé pour le Conseil de révision d’Oisemont, il est incorporé au 151e Régiment d’Infanterie, caserné à Verdun. Cette affectation est difficile à accepter pour Maurice. Lui qui n’a jamais quitté le canton, doit partir vers l’Est de la France. Trois de ses copains, Paul CARVILLE et les cousins DEFECQUES ont été affectés au 19e Régiment de Chasseurs à Cheval. Ils ont la chance de pouvoir rester dans la Somme, à Abbeville. Maurice doit partir dans la Meuse, bien loin des siens. Pourtant, lui aussi sait s’occuper des chevaux…

La seule consolation pour Maurice, quand vient l’heure de prendre le train vers Verdun, c’est que son petit-cousin, Marius BOULANGER, du village voisin de Villeroy , fils de fermier comme l’est Maurice, est incorporé, lui aussi, au 151e RI. Ils prennent le train ensemble. Plus d’une cinquantaine de jeunes hommes de la Somme sont intégrés ce 8 octobre 1912 au 151e RI. Mais Maurice et Antoine BOULANGER sont les seuls du canton d’Oisemont. Les deux années de service militaire vont paraître bien longues, loin de la ferme familiale.

A l’été 1913, avec la loi Barthoux, la durée du service est allongée à trois ans. Mais Maurice n’ira pas au bout des 3 ans. La guerre est déclarée le 3 août 1914. Le 151e RI est déjà aux premières loges, à proximité des frontières belge et alsacienne. C’est dans le secteur de Longwy qu’il va être chargé de défendre la frontière française, puis de lancer l’offensive, le 22 août 1914, pour repousser les Allemands. Contrairement aux régiments de la région militaire d’Amiens qui mènent l’attaque dans le sud du Luxembourg belge, le 151e RI ne passera jamais la frontière. Les combats se mènent dans le Nord de la Meurthe-et-Moselle. La 5e Armée allemande, dirigée par le Kronprinz, le fils héritier du Kaiser Guillaume II, s’est positionnée beaucoup plus au Sud que le reste des troupes allemandes. Le matin du 22 août, elle a franchi les frontières belge et luxembourgeoise, pour livrer combat sur le territoire français.

Comme dans le Sud de la Belgique, le sang va couler à flot en France, en ce 22 août 1914.

Pour Maurice BOULANGER, la guerre est terminée. Il est tué à Longuyon, à l’âge de 22 ans.

Son petit-cousin, Marius BOULANGER, survit à ces combats, comme à tous ceux de la première année de guerre. Considéré comme disparu dans la Marne, le 26 septembre 1915, sa mort sera officiellement déclarée, quelques mois plus tard.

Les 3 copains d’Oisemont incorporés au 19e Régiment de Chasseurs à Cheval d’Abbeville sont revenus vivants. La chance les a accompagnés…

Emile BOULANGER, le frère aîné de Maurice, exempté du service militaire, et réformé à plusieurs reprises dans les premières années de guerre, a finalement été jugé apte au service armé en mars 1917. La régénération de l’Armée française pour préparer l’offensive du Chemin des Dames nécessite des effectifs supplémentaires, y compris parmi les malades ou les handicapés. Après une période d’instruction, Emile rejoint, par le hasard des affectations, le régiment qui était celui de son jeune frère quand il a perdu la vie, le 151e RI. Mais ils ne sont pas nombreux à se souvenir de lui. Les pertes ont été tellement nombreuses depuis 3 ans et les effectifs renouvelés en permanence. Le 14 juin 1918, Emile est blessé au bras gauche par éclat d’obus, puis, de retour sur le champ de bataille, il est intoxiqué par le gaz en octobre 1918, dans les Ardennes.

Pierre BOULANGER, le frère cadet, né en 1897, a été incorporé, en septembre 1917. De santé fragile, il a été jugé inapte à l’infanterie, mais pas à l’artillerie. Affecté au 219e régiment d’artillerie de campagne, il a survécu sans trop de dommages physiques. Quant aux traumatismes, il en a été de lui comme de tous ceux qui sont revenus. Les nuits n’ont pas toujours été très calmes…

Après la fin de la guerre, et leur démobilisation définitive, Emile et Pierre BOULANGER, les frères de Maurice, sont revenus aider leur père dans la ferme de la Rue de la Ville au Marché, à Oisemont.

En 1925, quand est né le premier petit-fils dans la ferme des BOULANGER, à Oisemont, il a été prénommé Maurice, tout naturellement, en hommage à l’oncle tué pendant la Grande guerre.

L.J. et X.B.

« De la Somme à Bellefontaine – 22 août 1914 » – recherche collaborative 1891, 1892, 1893 – Département Somme.  Alain CAYEUX a réalisé la collecte de données pour la commune d’ Oisemont.

Retrouvez d’autres « Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18 »   Articles « UN JOUR, UN PARCOURS » déjà parus sur notre site

Publié par

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s