UN JOUR, UN PARCOURS – Louis DELHOMEL, de Montières (Amiens)

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18.

Né le 7 juillet 1891, Louis DELHOMEL se prénomme Louis, comme son père.

Faubourg éloigné du centre d’Amiens et de ses anciens remparts, Montières est un village pour tous ceux qui y habitent. Peu d’entre eux se disent Amiénois. C’est à Montières que naît Louis. Son père, Louis, est journalier, et sa mère, Marie, est ménagère. Issus de familles de conditions très modestes, Louis et Marie souhaitent fonder une famille. Ils s’installent Route d’Abbeville, où le petit Louis vient au monde.

montieres 2

La famille n’ira pas plus loin que trois membres. Louis, « le jeune », reste enfant unique.

A part quelques cultivateurs et quelques commerçants, les maisons de la Route d’Abbeville sont presque toutes des maisons d’ouvriers. Au début du XXe siècle, beaucoup d’hommes et de femmes travaillent dans l’industrie textile. Ils sont nombreux à emprunter le chemin de halage pour se rendre aux usines Carmichaël, à Ailly-sur-Somme, ou chez les tisseurs Parison, Esnault, la Société Linière, ou autres. Louis, « le jeune » est employé très tôt comme tisseur chez Esnault.

Plusieurs voisins travaillent comme terrassiers ou charretiers chez Muchembled ou chez Buhant, des grandes entreprises de travaux publics. Les grands travaux, à Amiens, notamment avec l’agrandissement de la ville vers le Sud, nécessitent beaucoup de bras. Louis DELHOMEL, le père, est terrassier.

Le travail ne manque pas pour les ouvriers du quartier. Scieries, distilleries, ateliers de mécanique. Beaucoup de voisins travaillent chez « La France », dans l’outillage agricole. Il faut juste ne pas être trop exigeant pour le salaire. Pour cette raison, les ouvriers changent souvent d’employeur, en espérant ce « mieux » qui n’arrive pas toujours. Le père de Louis passe de Muchembled à Buhant. Louis, passe du tissage à la scierie. Seuls les employés de bureau et ceux qui travaillent pour les chemins de fer semblent plutôt satisfaits de leur situation. Mais il faut au moins savoir lire et écrire.

montieres 3

Louis a été un bon élève. Il a suivi avec assiduité les cours de Monsieur Vignolle, l’instituteur de Montières. Mais à douze ans, comme tous ses camarades du quartier, il a fallu abandonner les bancs de l’école pour gagner un salaire.

Quand arrive l’heure du service militaire, Louis se dit qu’il va peut-être trouver sa voie dans l’armée. Incorporé le 10 octobre 1912 au 29e Bataillon de Chasseurs à Pied, il évolue très rapidement dans la hiérarchie militaire. Promu caporal en 1913, il est devenu sergent quand la guerre est déclarée en août 1914.

Comme pour beaucoup de soldats français, la guerre va être une succession de combats et de découvertes de nouveaux champs de bataille. Fin août 1914, Louis combat à Boncourt, dans la Meuse. En septembre, c’est la Bataille de la Marne et le Bois des Loges. A partir de la fin de l’automne 1914, il est dans le Pas de Calais. Le 22 décembre, il est évacué d’Hébuterne, suite à une entorse du pied, puis, après avoir été soigné à l’hôpital de Pas-en-Artois, il revient au front. Après plusieurs mois en Artois, le 29e BCP repart en Champagne, puis dans le secteur de Verdun. Louis est promu adjudant. Nouveaux combats dans la Marne, près de Sillery, à l’été 1916, avant de participer à la Bataille de la Somme, dans les secteurs de Sailly-Saillisel et Cléry-sur-Somme. Au printemps 1917, Louis commande son groupe de soldats pour l’offensive du Chemin des Dames. Les pertes y sont très nombreuses, mais, malgré son engagement dans les combats, Louis s’en sort toujours indemne. Le 29e BCP quitte début juin 1917 la région, pour mener d’autres batailles en Alsace. Au printemps 1918, quand les Allemands lance l’opération Michaël, ultime offensive d’envergure visant à aller prendre Paris, le 29e BCP est rappelé d’Alsace. C’est dans la Somme qu’il faut arrêter les Allemands, à la fin du mois de mars 1918. Louis, le petit gars de la Route d’Abbeville, revient dans la Somme, pour participer à de terribles combats, dans le secteur de Montdidier, marquant un coup d’arrêt dans la progression des troupes ennemies. Si les hommes  29e BCP n’ont pas participé à tous les combats une arme à la main, ils ont contribué à permettre la circulation des informations stratégique entre les différentes unités, y compris sous les bombardements. Plusieurs citations à l’ordre du régiment mettent en avant le « grand calme » de Louis, le considérant comme un « adjudant pionnier, calme et courageux ».

Louis participe à la dernière offensive française et alliée du mois d’août 1918, et des dernières semaines précédant la signature de l’Armistice. Il est démobilisé le 11 mars 1919 et reçoit la Croix de guerre avec deux étoiles de bronze.

Louis était un brillant sous-officier qui a sillonné le front de l’Ouest, de l’Artois jusqu’à l’Alsace, pendant plus de quatre années. Que va devenir sa vie civile ?

Après sa démobilisation, Louis revient chez ses parents et devient scieur. Le 21 décembre 1919, il épouse Yvonne, et le couple s’installe chez les parents de Louis, Route d’Abbeville. Le père et le fils sont employés à la scierie  Bulot, et la belle-fille s’y fait embaucher comme employée de commerce, pendant que Marie, la mère de Louis, garde le petit bébé du jeune couple. Jeune garçon prénommé… Louis.

Louis, le calme et courageux adjudant du 29e BCP, est mort le 26 février 1978 à Amiens. A l’âge de 86 ans.

L.J. et X.B.

« De la Somme à Bellefontaine – 22 août 1914 » – recherche collaborative 1891, 1892, 1893 – Département Somme.  André MELET a réalisé la collecte de données pour la commune d’ Amiens.

montieres 4

Retrouvez d’autres « Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18 »   Articles « UN JOUR, UN PARCOURS » déjà parus sur notre site

Publié par

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s