UN JOUR, UN PARCOURS – Léonce VERRIER, de Moislains et de Péronne

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18.

Né le 21 mai 1892, Léonce VERRIER a vu le jour à Moislains. A la fin du XIXe siècle, c’est un bourg important du Haut-Santerre, dans la Somme. L’industrialisation a gagné les campagnes et Moislains est une ville où l’activité économique est en plein essor. Deux entreprises de battage à vapeur, deux tissages mécaniques, une blanchisserie, une râperie, les emplois ne manquent pas. C’est pourtant à Péronne, siège de sous-préfecture de la Somme, que la famille va s’installer alors que le premier enfant, Léonce, sait à peine marcher.

Le père se prénomme Constant (avec pour autres prénoms, Aldon et Eucles!) et la mère, Marie Léonie.

Constant était domestique à Moislains. Il n’a aucune difficulté à trouver un emploi dans la grande ville qu’est Péronne. Il devient employé de commerce dans l’épicerie Caron. La famille loge au 14 de la rue Saint-Fursy. Un deuxième enfant naît trois ans plus tard. Il se prénomme Gaston.

Vient le temps de l’école. Georges, bon élève, prend plaisir à rejoindre la Rue Béranger. Il peut y retrouver tous ses copains du centre de la ville.

peronne 1

Mais comme beaucoup d’entre eux, il n’est pas question de poursuivre des études supérieures. Léonce devient cordonnier. Ce n’est pas toujours simple car une handicapante faiblesse musculaire de l’épaule droite le contraint à trouver des astuces pour pouvoir exercer son métier.

Cette blessure de jeunesse va directement influer sur la suite de sa vie. En effet, quand vient l’heure du Conseil de Révision, s’il est jugé apte, Léonce n’est pas affecté à un régiment d’infanterie. Il est incorporé, le 9 octobre 1913, à la 2e section des Secrétaires d’Etat-major et du Recrutement. Son service militaire sera donc celui d’un employé de bureau. Et quand la guerre est déclarée, au mois d’août 1914,  il n’est pas envoyé sur les premiers champs de bataille. La mobilisation générale nécessite aussi toute une logistique et une administration performante. Le rôle de Léonce n’est donc pas inutile.

Ses copains de l’école n’ont pas tous la chance d’avoir une affectation qui les éloigne des combats. Pour la plupart, c’est dans l’infanterie qu’ils ont débuté leur service militaire, et, ils sont donc les premiers à lancer l’offensive contre les Allemands pour les chasser de Belgique.

Auguste DUQUENNE, l’armurier, a été affecté au 87e RI de Saint-Quentin, dans l’Aisne, et Georges MANSART, le payeur caissier, est au 128e RI d’Abbeville. Ils connaissent l’enfer des premiers mois de combat, et vivent le changement  qui s’opère après quelques semaines. La guerre de mouvement devient une guerre de position. Une guerre de tranchées.

Georges LELEU et Marceau LETEMPLE, des gars du même âge que Léonce, incorporés tous les deux dans le régiment local, le 120e RI, ne connaissent même pas cette guerre de tranchées. Ils perdent la vie dès les premiers jours. Georges est tué le 22 août à Bellefontaine, en Belgique, et Marceau le 17 septembre, en Argonne.

Début 1915, alors que plusieurs centaines de milliers de soldats français sont hors combat, l’Etat-major de l’Armée française a besoin de troupes fraîches. Le 12 janvier, Léonce est classé au service armé par la Commission de Nantes. Il est affecté au 120e RI. Ce régiment ne ressemble plus en rien à celui d’avant la déclaration de guerre. Sur les 3 000 hommes du départ, combien sont encore en état de combattre ? Combien ont été tués ? Il participe aux combats, de la Marne à la Meuse. Le 28 août 1915, il est muté au 87e RI, et y retrouve son copain Auguste DUQUENNE. Ils sont dans le secteur de Verdun. Revoir un copain d’école est un vrai bonheur dans cet univers de boue et de sang où le malheur est si souvent présent. Nouveau changement d’affectation. Léonce quitte la Meuse pour se rapprocher de chez lui. Avec le 11e RI, il participe, en hiver 1915-1916, aux combats dans le Pas-de-Calais.

Le 7 mars 1916, Après une offensive vers les tranchées allemandes qui échoue, Léonce est fait prisonnier. Transporté en Allemagne, il est interné à Darmstadt, au camp de Ludwigsburg-Eglosheim, avant un transfert à Stuttgart. La guerre va continuer sans lui.

Rapatrié, il arrive à Dunkerque le 19 décembre 1918, et revient dans sa région. La ville de Péronne est totalement détruite. Les beaux magasins de la Rue Saint-Fursy. L’école. Tout est à reconstruire.

Son copain Georges MANSART, a été gravement malade pendant la guerre. Il a été hospitalisé pendant toute l’année 1915. Revenu guéri, il a ensuite vécu au plus près du danger, et s’est illustré par son courage, surtout au cours des derniers mois de 1918.

Auguste DUQUENNE, du 87e RI, lui, n’est pas revenu. Tout a pris fin, pour lui, le 17 décembre 1916, dans la Meuse.

Démobilisé en juillet 1919, Léonce quitte définitivement Péronne. Il rejoint sa famille en Région parisienne, à Suresnes, plus exactement.

Léonce restera loin de la Picardie. Malgré son épaule fragile, on le retrouve comme « manœuvre en gros travaux » à la Société française de munitions d’Issy-les-Moulineaux. Cette épaule, toujours si douloureuse, qui lui a peut-être sauvé la vie, en le préservant des premiers mois si meurtriers de la guerre.

Qui aurait pu donc penser, en 1912 ou 1913, que le choix du régiment d’incorporation pour le service militaire serait, à ce point, déterminant ? Des 4 copains de Léonce qui ont fait leur service militaire dans l’infanterie, 3 ne sont jamais revenus.

L.J et X.B.

« De la Somme à Bellefontaine – 22 août 1914 » – recherche collaborative 1891, 1892, 1893 – Département Somme.  Ghislain FRANÇOIS  a réalisé la collecte de données pour la commune de Moislains, et André MELET a réalisé la collecte de données pour la commune de Péronne.

peronne 2

Retrouvez d’autres victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18   Articles « UN JOUR, UN PARCOURS » déjà parus sur notre site

Publié par

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s