UN JOUR, UN PARCOURS – Alfred LARDEMER, de Rancourt et Sailly-Saillisel

Victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18.

Né le 14 mai 1893, à Rancourt, Alfred LARDEMER est l’aîné de la fratrie. Son père, Edmond, est ouvrier agricole. Il faut dire que l’activité principale du petit village de Rancourt (moins de 300 habitants) est tournée vers l’agriculture. Les terres du Santerre, à l’Est du département de la Somme, sont particulièrement adaptées aux productions céréalières.

Edmond épouse Octavie, une jeune fille de Combles. Ensemble, ils créent une belle famille. Après Alfred, arrivent Elise et Elisée, puis les jumeaux, Louis et Louise.

La famille déménage à Sailly-Saillisel, à 3 km de Rancourt et trouve une petite maison rue de Péronne. Le père occupe un emploi chez un agriculteur du village, M. Leclerc. Les bancs de l’école n’ont pas le temps d’user les culottes du jeune Alfred. Il faut rapidement trouver un emploi pour contribuer à la subsistance de la famille. Il devient ouvrier maçon. Sa sœur, Elise, est dévideuse dans la confection aux ateliers Bourgeois.

sailly saillisel 1

Alfred passe devant le conseil de révision en 1913, à Combles, chef-lieu de canton. Déclaré bon pour le service armé, il est incorporé au 120e Régiment d’Infanterie de Péronne le 27 novembre 1913.

Il ne connaît pas la caserne Foy à Péronne, puisqu’il part directement à Stenay (Meuse) où est caserné depuis quelques semaines le 120e RI.  La loi Barthou, allongeant la durée à 3 ans du service militaire, a également comme conséquence d’envoyer sous les drapeaux  ceux qui n’ont pas 20 ans « révolus ». C’est le cas d’Alfred. Il part le même jour que Gaston MARCHANDISE, un cultivateur de Sailly-Saillisel, âgé de 20 ans, comme lui. Gaston est affecté au 42e Régiment d’Artillerie. Une chance ! Ce régiment est également caserné à Stenay, comme le 120e RI. Nos deux compères vont pouvoir faire le voyage ensemble.

Alfred et Gaston vont connaître l’enfer des premiers combats, le 22 août 1914, à Bellefontaine (Belgique). Le 120e RI lance l’offensive, pendant que le 42e RA facilite sa progression en pointant des tirs d’artillerie sur l’ennemi.  En théorie, ça devait se passer comme ça. Malheureusement, un épais brouillard empêche l’artillerie de se mettre en action de bonne heure. Les fantassins français s’engagent dans la plaine du Radan, cueillis à froid par les mitrailleuses allemandes positionnées en lisière des bois. Quand les hommes du 42e RA envoient les premiers obus, les morts sont déjà très nombreux au sein du 120e RI. Ni Alfred, ni Gaston ne sont blessés. Alors que les pertes s’élèvent à plus de mille hommes sur le territoire du petit village belge, ne pas être blessé est déjà une forme de victoire.

La retraite entraîne le 120e RI et le 42e RA dans la Bataille de la Marne, début septembre, puis en Argonne.

Alfred n’ira pas plus loin que le Bois de la Gruerie, dans la Marne.  Le 16 septembre 1914, il perd la vie.

Considéré comme disparu, l’avis officiel de son décès ne parvient à ses parents qu’en octobre 1920. Six ans plus tard ! Il n’est pas certain que la médaille reçue à titre posthume, le 5 septembre 1923, ait beaucoup consolé ses parents et ses frères et sœurs.

Gaston MARCHANDISE a survécu à la guerre. Après avoir été transféré au 102e Régiment d’Artillerie Lourde, le 1er octobre 1915, son état de santé se détériore. Est-il une victime de l’utilisation du gaz de combat ? Vraisemblablement. La commission de réforme réunie le 13 juin 1916 diagnostique  une « obscurité respiratoire » à la base droite du poumon. Il ne sera plus envoyé sur les champs de bataille et sera utilisé, à l’arrière, dans les services auxiliaires de l’armée. Après la fin de la guerre, il revient à Sailly-Saillisel. Le village a été complètement détruit, mais nombreuses sont les familles locales qui veulent le reconstruire.

Les familles de Gaston comme celle d’Alfred LARDENER, en font partie. Elles veulent absolument revenir habiter ici. Et même si la zone est considérée comme rouge, la terre sera bientôt cultivée à nouveau.

En 1921, les MARCHANDISE et les LARDEMER habitent rue de Péronne, comme avant la guerre.

Le père LARDENER est toujours journalier. Les frères d’Alfred sont terrassiers pour l’Etat, la reconstruction ayant besoin de main d’œuvre. Il faut reconstruire le village et reboucher, au plus tôt, toutes ces terribles tranchées qui défigurent le paysage.

 Gaston MARCHANDISE épouse Madeleine, et un petit Gaston arrive rapidement dans le foyer. Il a pu reprendre son métier de cultivateur.

Il n’y a plus que 71 maisons, alors qu’avant la guerre il y en avait 212, mais qu’importe. La vie reprend peu à peu son cours.

Pas pour Gaston !  Son infirmité respiratoire ne peut plus lui permettre d’avoir une activité normale. La commission de réforme vient même de lui accorder une pension de 30%.  Mais ça ne change rien. Le gaz va faire une victime de plus.

Le 4 juillet 1924, à l’âge de 30 ans, Gaston est mort.

Le nom d’Alfred a été inscrit sur le monument aux morts de Sailly-Saillisel. Pas celui de Gaston.

L.J. et X.B.

« De la Somme à Bellefontaine – 22 août 1914 » – recherche collaborative 1891, 1892, 1893 – Département Somme.  Brigitte et Francis DANEZ ont réalisé la collecte de données pour les communes de Rancourt et de Sailly-Saillisel.

sailly saillisel 2

Retrouvez d’autres victimes de la Première Guerre mondiale – une Somme de vies brisées par 14 18   Articles « UN JOUR, UN PARCOURS » déjà parus sur notre site

Publié par

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s